L'ADDY - Historique

L’historique de l’ ADDY

C’est très progressivement en 35 ans que l’ADDY s’est structurée pour atteindre son organisation et sa structuration actuelle.

Historiquement l’ADDY est née de la volonté du Docteur G. SCHORTGEN et des néphrologues du CMC de l’Europe de diversifier l’offre de soins pour les insuffisants rénaux des Yvelines et en particulier de leur donner plus d’autonomie de liberté d’horaire et leur proposer des structures de proximité. Pour se démarquer des établissements du secteur privé « commercial » le mode associatif a été choisi qui était favorablement considéré par les tutelles et se calquait sur les associations d’origine publique déjà existantes à Paris (AURA) et en Province.

En 1976 les néphrologues de Grenoble, pour éviter à leurs patients des déplacements difficile en hiver par des routes de montagne enneigées créent le concept d’autodialyse. Ce concept est officialisé en 1983 par les décrets  » de Béregovoy » qui considèrent l’autodialyse comme une variante à la dialyse à domicile ( » dans un domicile de substitution »). L’ADDY, en 1983, installe dans un premier temps des patients à domicile. Puis se met à la recherche de locaux, séduit par le concept de l’AGDUC de Grenoble qui dans le Yvelines permettrait de proposer aux patients des structures extra hospitalières et de proximité. Le temps de transport primant le kilométrage en région Parisienne où les routes ne sont pas souvent enneigées mais toujours encombrées. Un inventaire de l’existant à cette époque retenait des implantations « exotiques » dans d’anciens presbytères, des stations services abandonnées, des anciens dispensaires ou locaux hospitaliers désaffectés. Et déjà quelques implantations dans l’enceinte de CHU ou de CH régionnaux et dans des zones d’activités industrielles ou commerciales. Mais dans les Yvelines rien de tel sauf à s’éloigner des zones habitées et renoncer à la proximité qui fait partie des valeurs incontournables de l’ADDY. Il s’est avéré impossible de trouver des locaux disponibles et abordables comparables à ce qui peut exister en province. L’ADDY a du s’adapter au contexte immobilier difficile de la Région Parisienne. En 1985 l’autodialyse des Arcades est créée dans une copropriété de la ville nouvelle de Saint Quentin en Yvelines qui sera une des premières d’île de France. En 2015 le « domicile de substitution » devient « structure sanitaire » et demande des adaptations supplémentaires et difficiles des locaux. Mais l’ADDY avec persévérance s’est adaptée et est restée fidèle aux valeurs des pionniers, de structure extra hospitalière et de proximité. Les difficultés d’adaptation n’ont pu être surmontées par une grande partie des autodialyses en l’île de France, qui ont été « rapatriées » dans les structures hospitalières et qui n’ont plus rien a voire avec l’esprit initial de l’autodialyse. En 2017 l’ADDY est le seul opérateur dans les Yvelines et un des rares en île de France qui propose des structures véritablement Hors Centre et à proximité du domicile des patients. Les créations de nouvelles Unités ont toujours été décidées en fonction de leur implantation dans les bassins de vie, au cœur des zones d’urbanisation les plus denses.

En 1983, le bureau, conseil d’administration de l’ADDY, après dépôt des statuts a été constitué par le Docteur SCHORTGEN le Docteur Daniel DAUBRESSE et Paul DUCHOLET directeur du CMCE. La composition sera identique durant les années 80 et 90. Le soutient des dirigeants fondateurs du CMCE et des praticiens de l’établissement et de quelques bénévoles (service technique Jacques VANLERBERGHE, Dominique DAULT, Patrick FONTAINE, économat: Jean MAZURE, comptabilité: Nadia JARRY) ont permis les premières installations de dialysés à domicile et la création de la première Unité d’autodialyse. Progressivement des membres actifs en général praticiens du CMCE, radiologues, biologistes, chirurgiens ont rejoint les premiers dirigeants ainsi que des patients. Dès les origines les patients ont été associés au fonctionnement de l’ADDY. Leur participation aux AG et au bureau est aujourd’hui complétée par la commission des usagers (CDU) et la représentation des usagers au CLIN.

L’ADDY a toujours été financièrement autonome et n’a reçu aucune aide extérieure en dehors d’une avance du CMCE rapidement remboursée. Les dirigeants ont toujours été bénévoles, qui considèrent l’ADDY comme faisant partie de leur activité médicale ou de leur traitement.

Les premières années le CMCE était le prestataire naturel pour la délivrance de la pharmacie, de la facturation, de la paye de la comptabilité de la maintenance technique etc. Ces prestations ont toujours été payées au coût réel par l’ADDY.

Au fur et à mesure de son développement l’ADDY s’est structurée et autonomisée. En particulier à partir des décrets de 2002 et des autorisations de 2005 qui transformaient les UAD en structure sanitaires, puis au fur et à mesures des certifications et des réglementations multiples apparues depuis des années.
Quelques dates: en 2002 l’ADDY se dote d’une comptabilité, facturation, paye autonome, d’un service technique à mi temps, d’un commissaire aux comptes. Entre 2002 et 2005, le bureau s’étoffe avec l’élection de néphrologues L.BERERHI C.BADID) et de patients (P.CAZENAVE, C.LUCROT). Les rapports avec le CMCE sont formalisés par la signature de nombreuses conventions de collaboration et de prestations. Un GIE EURADDY est créé. À partir de la première certification la Qualité gestion des risques du CMCE est utilisée par l’ADDY. En 2009 le CLIN ADDY est créé et sera la première instance transversale autonome de l’ADDY.

En 2013 le CMCE a intégré le groupe VIVALTO, qui est devenu le CHP de l’Europe. Le changement de direction a accéléré l’autonomisation de l’ADDY. La collaboration entre les deux établissements a été un temps difficile mais semble aujourd’hui reprendre sur les bases historiques qui ont fait du réseau ADDY CHPE un acteur central de la néphrologie dans les Yvelines.

En 2014 l’envergure de l’ADDY s’est agrandie par la reprise de l’UAD Viroflay. Le départ en retraite de Nadia JARRY comptable « historique » de l’ADDY et la promotion de Valérie LAMBERTINI au poste de Direction des opérations ont procurés à l’ADDY un renouvellement de son organisation en rapport avec sa nouvelle taille et ses ambitions d’excellence.

En 2017, aujourd’hui, l’ADDY s’est assez développée pour être presque totalement autonome, en dehors de la Pharmacie, de l’informatique et du médecin DIM, qui sont par convention assurés par le CHPE de l’Europe et refacturé via le GIE EURADDY.

En 2018 l’ADDY a obtenu sa quatrième certification au plus haut niveau et a repris son activité de dialyse quotidienne à domicile.

L’ouverture des ARCADES en 1986 dans la ville nouvelle de Saint Quentin en Yvelines marque le début du développement de l’Autodialyse.
Le Dr G.SCHORTGEN au balcon du local et une des premières dialyses avec les équipements de l’époque.

Plus tard à Chatou autour de Jacques VANLERBERGHE l’équipe technique du CMCE transforme un pavillon de banlieue en Unité d’autodialyse.

La dialyse à domicile première activité  de l’ADDY: en 1984

Dialyse quotidienne à domicile en 2018

ADMISSION

Elle est décidée par un néphrologue de l’équipe médicale et organisée par la directrice des opérations de l’ADDY. Les conditions et les démarches sont à consulter sur la page admission

Vous souhaitez nous contacter: